Skip to main content

Lancement réussi du satellite d’océanographie Jason-3

Published on 19 janvier 2016
Le satellite d’océanographie Jason-3 a été lancé dimanche 17 janvier à 19 heures 42, heure française, depuis la base de Vandenberg en Californie, par un lanceur Falcon 9 fourni par la NASA. Le satellite a ensuite été pris en charge par les équipes du Centre spatial de Toulouse, pour effectuer la mise en route de sa plateforme et de sa charge utile. Jason-3 prendra le relais de ses prédécesseurs, Topex-Poseidon, Jason-1 et Jason-2 afin d’assurer la continuité de la collecte et de la distribution des données de haute précision pour l’étude des courants océaniques et la mesure des niveaux marins.

spip_logo
Jason-3, fruit d’une collaboration entre le CNES, la NASA, la NOAA et EUMETSAT, va poursuivre la mission altimétrique de référence, reconnue par le service Copernicus-MyOcean, avec pour objectifs l’étude des variations du niveau de la mer, la hauteur des vagues et la vitesse du vent de surface, pour la météorologie et la navigation et l’altimétrie sur les continents, déterminante pour l’hydrologie continentale et l’océanographie opérationnelle. Jason-3 est le dernier-né des satellites Jason, les héritiers du satellite altimétrique pionnier Topex-Poseidon, lancé par le CNES en 1992, qui a marqué un véritable tournant dans l’étude des mouvements océaniques. En 1997-1998, Topex-Poseidon observait le phénomène El Niño - La Niña, le premier événement à être suivi de très près par satellite, attestant précocement des premières manifestations du phénomène, la propagation d’une bosse d’eau chaude, surélevée de 20 à 30 cm par rapport au reste de l’océan et mettait ainsi en lumière la preuve de l’implication des océans dans le système climatique.

Positionné sur une orbite fortement inclinée à 1336 kilomètres d’altitude, Jason-3 survolera 95% des océans libres de glace tous les dix jours. D’une durée de vie de trois ans, extensible à cinq, il permettra d’assurer la continuité des mesures, capitales dans le contexte du réchauffement climatique, avant d’être rejoint en orbite par deux autres satellites, Jason-CSA-Sentinel-6A et Jason-CSB-Sentinel-6B.

Développé par le CNES avec la société Thales Alenia Space, Jason-3 est basé sur une plateforme Proteus et est composé d’un altimètre Poseidon-3B, principal instrument de la mission, pour mesurer la distance entre le satellite et la surface de la Terre, d’un radiomètre micro-onde AMR, pour collecter le rayonnement émis par la surface de la Terre, du système de détermination d’orbite DORIS du CNES, ainsi que d’un récepteur GPS et d’un instrument laser LRA développés par la NASA-JPL.

A l’issue de ce lancement, Jean-Yves Le Gall, Président du CNES, a déclaré : « Quelques semaines après le succès historique de la COP21, le CNES est très fier de la mise en orbite du satellite Jason-3 qui va poursuivre la coopération emblématique que nous conduisons avec les Etats-Unis, qui a mis pour la première fois en évidence, la hausse du niveau global des océans, ce qui a été un véritable tournant dans l’étude du réchauffement climatique. Les données des satellites Jason sont depuis lors indispensables aux océanographes et aux climatologues du monde entier et Jason-3 se révélera vite comme un nouvel outil incontournable dans la lutte contre le réchauffement climatique, parmi l’arsenal satellitaire présenté par le CNES lors de la COP21. »

Contacts

Pascale Bresson
Tél. 01 44 76 75 39
pascale.bresson@cnes.fr

Julien Watelet
Tél. 01 44 76 78 37
julien.watelet@cnes.fr

      haut de la page